Ton déchet est mon déchet

Secteur: Public

J’ai le grand plaisir de partager avec vous le dernier article que je viens de publier dans le journal de la commune de Lonay, le Lon’Info, sur un pari que deux petites filles de mon village ont décidé de relever. Voici : Ton déchet est mon déchet – Valérie Bauwens

Quand ces deux demoiselles se rencontrent sur le chemin de l’école, qu’est-ce qu’elles se racontent: des histoires de petites filles? Raté! Elles scellent un pacte: ramasser ensemble les déchets dans leur village pour «faire du bien à la nature».

Emilie et Zoé ont compris. C’est important de mettre de côté son propre intérêt immédiat pour se consacrer à une plus grande cause, la nature. Ces demoiselles ont dix ans. Un matin, elles se croisent sur le chemin de l’école. Elles s’étonnent de la quantité de déchets qui jonchent le sol: «Pourquoi les gens polluent-ils autant? On doit faire quelque chose. Et si on ramassait nous-mêmes les déchets?»

Aussitôt dit, aussitôt fait! Depuis ce jour, elles aiment se retrouver après l’école pour une sortie ramassage. Elles sillonnent les rues du village intelligemment armées de gants en latex et deux sacs (un pour les déchets recyclables, l’autre pour les incinérables). «Moi, dit Emilie, je fais le radar: bip, bip, bip, et Zoé, elle court chercher.» Elles se partagent les rôles et se les échangent. «Emilie est la spécialiste des haies qui piquent. Elle est trop forte!», raconte Zoé. Elle plonge son bras et résiste courageusement à la douleur.

Au fil des semaines, elles ont cartographié les lieux à problèmes. Il y a la haie à canettes, la pelouse aux rebus de chantier, l’arrêt de bus à mégots. Les gens semblent vraiment avoir quelques mauvaises habitudes. Il y a ensuite les surprises: un immense carton, une prise de recharge pour téléphone…

Le plus grand souhait de ces deux jeunes filles: que les gens réalisent le tort qu’ils causent à la nature quand ils abandonnent leurs déchets n’importe où. Le littering, c’est en effet le problème de tout le monde. Quel bon sens de la part de ces enfants! Pourquoi, les adultes hésitent-ils à se baisser pour ramasser un détritus parce que ce n’est pas le leur?